vendredi, juin 21, 2024
22.7 C
Yaoundé

Flux des réfugiés : Cameroun , souffre-douleur des pays du bassin du Lac-Tchad

Flux des réfugiés : Cameroun , souffre-douleur des pays du bassin du Lac-Tchad

Le pays connait une concentration des réfugies nigérians, tchadiens, et centrafricains due à l’instabilité de paix qui se vit dans la région. Cette concentration a conduit à une crise humanitaire ayant suscité une riposte du système des Nations Unies, présentée tout récemment à Yaoundé.

Le jeudi 25 janvier dernier, s’est tenue à l’hôtel Mont Fébé, la cérémonie de lancement du Plan de réponse humanitaire 2018 pour le Cameroun. Elle était présidée par le Ministre camerounais de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD), René SADI qui avait à ses côtés Mme YOUSSOUF ADIDJA Alim, Ministre de l’Education de Base (MINEDUB).
En prenant la parole, Mme la coordonnatrice humanitaire, ALLEGRA BAIOCCHI s’est appesantie sur quatre grands axes majeurs pour présenter et expliquer la nécessité des besoins humanitaires en terre Camerounaise. Il s’agissait notamment : des besoins humanitaires et chiffres clés, de l’impact de la crise, la ventilation du nombre de personnes ayant besoin d’une assistance et de la sévérité des besoins.

Il ressort donc de ce qui précède que les guerres observées ses derniers temps au Nigéria, en République Centrafricaine, la « rudité » du climat au niveau des pays des régions du Sahel causent un important nombre de réfugiés au niveau des régions du Nord, de l’Extrême Nord, de l’Adamaoua et de l’Est Cameroun. Ceci fait donc du Cameroun le deuxième pays le plus affecté au niveau des pays du Bassin du Lac-Tchad.

Situation alarmante
Le recensement du mois d’octobre selon Mme ALLEGRA BAIOCCHI faisait état de « 230.000 déplacés ». La majorité des déplacés, des enfants en âge scolaire. Ce qui démontre ici le degré de vulnérabilité de ces populations. A l’Extrême-Nord par exemple, un enfant sur deux est mal nutri. Il faut également dire que ces chiffres sus-haut mentionnés ne sont pas restés stables. En 2014 par exemple, ils ont connu une augmentation de 14%, soit 2 millions de personnes nécessiteuses. En 2018, nous en sommes à 3,3 millions.

Cette forte augmentation des populations dites réfugiées ne va pas sans risques. Puisqu’il s’agit des risques, on peut en énumérer sous plusieurs secteurs : eau, hygiène et assainissement. Ici, le milieu de vie dans ces régions laisse à désirer. La multiplication des bidonvilles est observée çà et là. Ce qui suscite des problèmes sur d’autres secteurs tels que, la protection, la famine, la scolarisation, la nutrition et la sécurité alimentaire pour ne citer que ceux-là.

Plus loin, il se pose un « sacré » problème d’abris, de relèvement précoce et bien sûr, les violences basées sur le genre (VBG). Bien de villages sont vides suites aux exactions du groupe terroriste Boko Haram. Ceci crée donc un agglutinement des populations causant ainsi un manque de logements et de violences faites aux femmes et aux mineurs.
Ce qui faut
L’état des besoins pour palier donc à tous ces problèmes dont fait face le Cameroun, s’élève donc à 305 millions de dollars. Mme Baiocchi a donc lancé un appel à tous les partenaires humanitaires et même étatiques. Il s’agit là des organismes tels : la croix rouge, l’Organisation Internationale des Migrations (OIM), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR)… etc, pour le recouvrement des fonds.
Appel à une solidarité plus agissante
Le MINATD prenant la parole, après avoir interpelé l’assistance, a remercié Mme Baiocchi de l’initiative, tout en montrant que la présence des membres du gouvernement à ce lieu tenait pour preuve de l’importance de la cérémonie. Ayant aussi déclaré les appréciations du gouvernement de la République à ses partenaires, il a reconnu les besoins cités dans les régions ici-haut mentionnées et a ainsi appelé à l’engagement de la communauté internationale et à une solidarité agissante de tous les bailleurs de fonds tant nationaux qu’internationaux. Cette cérémonie solennelle de dévoilement du Plan de réponse humanitaire 2018 s’est achevée par une photo de famille lorsqu’il était 16h 34 minutes, heures du Cameroun.

Hot this week

La Chambre internationale de Dubaï communique sur l’expansion des entreprises de Dubaï en Afrique

La Chambre internationale de Dubaï conduit une délégation au...

L’économie ukrainienne est confrontée à des risques accrus dans un contexte difficile (banque centrale)

►► L'économie ukrainienne est confrontée à des risques croissants...

Camtel et Camwater signent une convention pour la mutualisation des opérations de réseaux

►► La Cameroon Telecommunications (CAMTEL) et la Cameroon Water...

Topics

spot_img

Related Articles

Popular Categories

spot_imgspot_img