dimanche, juillet 14, 2024
20.7 C
Yaoundé

Cameroun – Noso : Le cri d’alarme du député RDPC AKA Martin TYOGA

Cameroun – Tribune libre : Le cri d’alarme d’un député RDPC

Face a l’enclavement et l’insécurité grandissant du Nord-ouest, l’Honorable AKA Martin TYOGA suggère comme sortie de crise, l’éclatement du vaste arrondissement d’Akwaya, devenu l’une des principales bases arrière des sécessionnistes.

 

Afrique54.net – Derrière ce regard incisif de vieux guerrier qui n’a peur de rien, l’honorable  AKA Martin TYOGA est un homme au grand cœur. Un élu du peuple qui a choisi d’être la voix des sans voix de sa zone, peu importe le prix à payer. Selon ce parlementaire, les populations du département de la Manyu, notamment de l’arrondissement d’Akwaya, devenu l’une des bases arrières des groupes armés, subissent au quotidien les affres des groupes sécessionnistes.

Une situation, tributaire d’abord de l’étendue du d’Akwaya, avec ses 3682 km2, ainsi que de son enclavement du à l’abandon par les pouvoirs publics. Le député de la Manyu, membre de la commission Sécurité et Défense à l’Assemblée pour le compte de la dixième législature s’est entretenu avec les hommes de medias, ce 17 juin 2021, au cours d’un diner de presse organisé à l’hôtel des Députés.

« L’arrondissement d’Akwaya a été créé en 1963 et comporte 99 villages, dont 89 chefferies. Et depuis que cet arrondissement, rien n’a véritablement changé. Il a fallu attendre 2012 pour que le Chef de l’Etat nous envoie une route pour desservir le Nord-Ouest. Et cette route qui va jusqu’à l’arrondissement de Menchum Valley et de Menchum Valley jusqu’à Akwaya est la première route que les populations ont vu arriver à Akwaya. C’est dire qu’avant cela, le Préfet aller à pied pour arriver à Akwaya, pareil pour les gendarmes et tous les autres responsables de services envoyés de ce coté du pays. C’est environ 60 km et la route qui avait été construit en ce temps là, qui circule jusqu’à ce jour, et il n’y a jamais eu une autre route. En ce moment ce sont les militaires sont à pied d’œuvre pour arranger cette route.

Le problème d’Akwaya c’est l’enclavement. La localité est très enclavée. Au point où l’on sait que voilà l’arrondissement qui commence au bord de ce cours d’eau et s’étant jusqu’à Menchum Valley, sans véritablement connaitre les limites. Puisque touche la frontière avec le Nigeria voisin, où plusieurs citoyens vont d’ailleurs régulièrement s’approvisionner au marché. Etant entendu que du coté du Cameroun, aucune infrastructures digne de ce nom n’est disponible pour une population de près de 190 000 habitants répartis dans cinq cantons.

Certains habitants d’Akwaya n’ont d’ailleurs jamais vu le Franc CFA avec leurs yeux. Tout simplement parce qu’ils partent au Nigéria pour faire leurs achats. Aucun  préfet, ni sous-préfet, ne peut se vanter d’avoir fait la tournée dans tout l’arrondissement.

En 1963, la population d’Akwaya s’élevait à 27 000 habitants (le canton de Assombo à lui seul compte 31 villages,) Parfois même le Nigéria cherche à annexer certains de ces villages du fait de leur isolement. Je souhaite vivement comme beaucoup d’autres que la paix revienne dans le département de la Manyu. Et cette paix passe par l’éclatement d’Akwaya en trois arrondissements. Car actuellement, les populations vivent dans la peur, du fait des incursions des Ambazoniens qui viennent régulièrement les attaquer.

Lorsque le gouvernement envoie 5 militaires à un poste de sécurité dans un rayon de 50km et en situation de crise, c’est pour faire quoi ? Tandis que les ambazoniens viennent à 100 ou 50 pour attaquer, qu’espère-t-on ?

Si je dois faire un seul mandat à l’Assemblée Nationale et qu’on parvienne à eclater l’arrondisssement d’Akwaya en deux ou trois autres arrondissements, ce serait une grande victoire. Je dirai un grand merci a Dieu merci et je pourrai rentrer chez moi étant satisfait d’avoir accompli une très garande tache qui tient à cœur à chacune de mes populations…

Jusqu’en 2021, n’y a aucun fils d’Akwaya dans l’administration centrale, aucun directeur d’administration, aucun Directeur Général, aucun Ministre, il n’y a jamais eu de Sous-préfet. L’année dernière, l’arrondissement d’Akwaya a enregistré près de 200 jeunes pour des concours administratifs. Sur les 200, un seul a été admissible.

Beaucoup avaient réussi l’étape de l’écrit, mais ont été stoppés net à l’oral. Et tout ça parce que des quatre arrondissements du département de la Manyu, seul Akwaya est le plus enclavé et délaissé. Les autres ont les directeurs et autres hauts commis d’Etat qui peuvent soutenir les leurs, notamment quand on demande par exemple qu’on donne l’argent. Pour ma part, bien que seul, j’essaye de faire l’effort de travailler en synergie avec le maire pour que dans cinq ans, nous puissions désenclaver Akwaya jusqu’à la frontière avec le Nigéria. Actuellement, il y’a un Caterpillar que nous avons fait louer du coté du Nigéria afin de travailler la route.

Akwaya n’a pas route qui le relie au Chef-lieu du département.

De Mamfé à Akwaya il n’y a pas de route, il faut passer par le Nigéria pour y arriver. Les travaux de la route entrepris depuis plusieurs années avaient été abandonnés, les entreprises qui avaient gagnés le marché n’ont pas exécuté les travaux. Sur un tronçon de 130 km entre Mamfé et Akwaya seuls 30km ont été travaillés.

Depuis l’indépendance du Cameroun, ces populations demandent la route,  mais leur doléance est restée en suspens. Il faut qu’on éclate cet arrondissement parce qu’il est très vaste. L’Etat ne pourra pas tout faire seul il faut que les élites se regroupent pour voir ce qu’il faut faire.

Sur le plan éducatif, le tout premier établissement secondaire avait été créé en 1980, et depuis 1990 à ce jour, Akwaya compte 12 établissements secondaires et deux lycées pour 99 villages. Un seul hôpital avec ses deux médecins, six centres de santé intégrés, dont deux pour les églises catholiques et protestantes. A ces problèmes s’ajoutent également le manque d’eau potable et de l’électricité et aussi un problème criard d’insécurité. »

Un cri que lance l’honorable Aka Martin qui espère ne tombera pas dans des oreilles de sourds. Et qui modestement au travers de cet éclatement permettra non seulement de rapprocher l’administration des administrés, mais également de résoudre les questions de développement, d’isolement et de sécurisation de cette partie du pays.

 

By Afrique54.net – Thierry Eba

 

Hot this week

Normes au Cameroun : Chantal Andely nommée Directeur Général par intérim de l’ANOR

►► Au cours de la 16 eme session extraordinaire...

Botafogo beat Vitoria to return to Brazilian Serie A summit

Botafogo beat Vitoria to return to Brazilian Serie A...

La République de Corée proteste contre les revendications territoriales du Japon sur des îlots contestés

La République de Corée a protesté vendredi contre les...

Topics

spot_img

Related Articles

Popular Categories

error: Content is protected !!